Accueil ScènesFestivals Grand succès de la première édition du Festival Belles Musiques à Claix

Grand succès de la première édition du Festival Belles Musiques à Claix

par Victoria Okada

À Claix, une petite ville entourée des Alpes près de Grenoble, un nouveau festival de musique classique a vu le jour : le Festival « Belles Musiques ». Cette nouvelle manifestation est née par la volonté de deux personnes : Jean-Baptiste Fonlupt, pianiste et directeur artistique du Festival, et Mazdak Kafai, directeur de l’Espace Musical Fernand Veyret, Ils souhaitaient offrir à la population locale de beaux moments de la musique classique en invitant des interprètes de premier plan mondial.

*****

La première édition du Festival Belles Musiques s’est déroulée sur trois jours, du 1er au 3 avril dernier. Son directeur artistique Jean-Baptiste Fonlupt est acclamé tant en solo qu’en musique de chambre (lire nos articles lors du Festival international du piano La Roque d’Anthéon et du Festival Pianoscope de Beauvais, en 2021). Le Festival est donc naturellement centré sur le piano et la musique de chambre. Ce sont des formats accessibles à tous ; cela permet, dans l’intimité et la proximité avec le public de la salle de spectacle Déclic, à ceux qui assistent au concert de s’approprier plus facilement à la musique classique.
Pour inaugurer le Festival, M. Christophe Revil, maire de Claix et conseiller départemental de l’Isère, a livré un vibrant message en rappelant la fonction essentielle de la musique : « La musique des croyances ancestrales reliait le ciel et la terre, mais aussi puissamment les femmes et les hommes qui l’écoutaient, réunis au cœur du village : c’est cette fonction suprême de la musique, vectrice de proximité et de lien social, que nous avons souhaité mettre à l’honneur à Claix ».Les trois concerts du soir ont accueilli les pianistes Laurent Cabasso, Marie-Ange Nguci et Jean-Baptiste Fonlupt, le violoniste Eric Lacrouts et le violoncelliste Aurélien Pascal.

Première soirée : Laurent Cabasso ou la grande clarté

Le 1er avril, Laurent Cabasso, pianiste concertiste de renom et professeur du Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon, donne le la à une aventure vouée à perdurer. Au programme, trois grands compositeurs germaniques : Bach, Beethoven et Schubert. Son dernier CD avec l’intégrale des Toccata de Bach a reçu un excellent accueil. Il a interprété, dans la première partie, une de ces Toccatas (en ré majeur, BWV 912), suivie de la Sonate n° 16 en sol majeur, op. 31 n° 1 de Beethoven, dont les accords décalés du premier mouvement donnent un effet amusant de boitement. Après une courte pause, la Sonate en la majeur, D. 959 de Schubert. L’introduction à l’œuvre par le pianiste, qui est également un bon orateur, aide l’écoute de cette œuvre d’une « divine longueur » et de mieux appréhender l’univers de Schubert où le temps est souvent suspendu. La grande clarté qui caractérise le jeu de Cabasso est bien intacte ce soir-là, attirant la concentration des spectateurs.

 

Laurent Cabasso, 1er avril 2022, à Déclic, Claix © Festival Belles Musiques

 

Deuxième soirée : Eric Lacrouts, Aurélien Pascal et Jean-Baptiste Fonlupt ou le trio de choc

La soirée du samedi 2 est consacrée à la musique de chambre. Eric Lacrouts, violon solo de l’Orchestre de l’Opéra de Paris et le violoncelliste Aurélien Pascal, lauréat du prestigieux Concours Reine Elisabeth, sont rejoints par Jean-Baptiste Fonlupt pour former un trio de choc. Les trois musiciens jouent depuis longtemps et se connaissent musicalement très bien, un des éléments essentiels dans la musique de chambre. Dans la première partie, deux pièces en duo violon-piano (la Sonate n° 1 de Fauré et la Sonate de Franck) nous plongent dans l’atmosphère du 19e siècle parisien ; imaginez un salon littéraire et musical fréquenté par tant d’hommes et de femmes de cultures où ils se livraient amicalement à des échanges artistiques de haute volée ! Nos deux interprètes suggèrent cette atmosphère raffinée qui nous fascine toujours au 21e siècle. Pour terminer la soirée, le Trio op. 50 de Tchaïkovski. Cette pièce sous-titrée « à la mémoire d’un grand artiste » est un hommage au grand pianiste Nikolaï Rubinstein. Aurélien Pascal énonce le thème au violoncelle d’un ton à la fois grave et délicat, avec une sonorité large et profonde. Par la suite, toute la musique propose de nombreux souvenirs, notamment sous forme de variations au 2e mouvement. Ce moment inoubliable a déjà marqué le Festival.

 

Eric Lacrouts, Jean-Baptiste Fonlupt et Aurélien Pascal, 2 avril 2022, à Déclic, Claix © Festival Belles Musiques

 

Dernière soirée : Marie-Ange Nguchi ou le pianisme hors pair

Le dernier concert, le dimanche 3 avril à 17 heures, est tenu par la jeune pianiste d’origine albanaise Marie-Ange Nguci. À travers son programme varié et original, avec des œuvres de Scriabine, Ravel, Beethoven, Froberger et Rachmaninov, elle s’exprime grâce à une sensibilité rare et à son pianisme hors pair. La présence de la Fantaisie de Beethoven ou la Partita « Plainte faite à Londres pour passer la Mélancolie » de Froberger (que l’on joue d’habitude sur un clavecin), ou encore les Variations sur un thème de Chopin de Rachmaninov, que même les mélomanes avertis n’ont pas beaucoup d’occasions d’entendre, est indéniablement la marque de confiance de la part de la musicienne au Festival mais aussi de la part du directeur artistique après du public. Quelle chance pour l’auditoire d’être témoin d’une telle confiance dès la première édition !

 

Marie-Ange Nguci, 3 avril 2022, à Déclic, Claix © Festival Belles Musiques

 

Moments en famille

En plus des concerts du soir, le Festival propose également des activités pour toute la famille. Ainsi, des concerts de professeurs de l’école de musique — les flûtistes Emilie Butavand et Chloé Franceries, le pianiste Cécile Putoud, le guitariste Aliocha Thénénet et la chanteuse Anne Orry-Varin — sont très appréciés par les élèves et leurs parents. La master class de Laurent Cabasso est une occasion pour de jeunes apprentis de se rapprocher de secrets d’interprétation, alors que les enfants se régalent de l’atelier « Brico Piano », où l’instrument est mis à nu pour expliquer sa mécanique de manière ludique. Pour les éditions à venir, d’autres activités seront proposées, à côté de magnifiques concerts, afin d’offrir encore davantage de plaisir avec les belles musiques !

Brico Piano, 2 avril 2022, Espace musical Fernand Veynet © Festival Belles Musiques

Anne Orry-Varin et Aliocha Thévenet, 3 avril 2022, à Déclic, Claix © Festival Belles Musiques

Print Friendly, PDF & Email

Articles liés

Laisser un commentaire

CAPTCHA


Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies. Accepter