Accueil ScènesConcerts Daniel Barenboim au Japon, il crée une surprise lors de son récital du 3 juin

Daniel Barenboim au Japon, il crée une surprise lors de son récital du 3 juin

par Victoria Okada

Daniel Barenboim donne en ce moment même trois récitals à Tokyo, du 2 au 4 juin, avec des Sonates de Beethoven. En tant que pianiste, il y retourne pour la première fois depuis 16 ans. Sa dernière apparition à Tokyo remonte aux 13 et 15 février 2005 ; il a joué l’intégrale des deux livres du Clavier bien tempéré de J.S. Bach.

A l’époque, c’était déjà un grand événement, car Daniel Barenboim n’y était pas revenu depuis 15 ans ! En fait, il n’a effectué que trois tournées japonaises en solo, y compris celle de cette année. Ses premiers récitals tokyoïtes ont eu lieu en 1987, du 14 mars au 1er avril, où il a joué les 32 Sonates de Beethoven. Puis, les 8 et 9 avril, il a dirigé l’Orchestre de Paris (Debussy : La Mer; Albenis : extraits d’Ibéria ; Stravinsky : Le Sacre du printemps / Wagner : extraits de Parsifal ; Schubert : Symphonie n° 9 dite La Grande).

Les récitals de cette année à Suntory Hall ont été annoncés le 7 avril dernier. Initialement prévu pour deux soirées, les 3 et 4 juin, une troisième soirée (2 juin) a finalement été ajoutée pour satisfaire ses fans, dont certains ne l’ont jamais entendu en concert !
Voici le programme :
A. Les premières Sonates, n° 1 à 4.
B. Les dernières Sonates, n° 30 à 32.

Affiche des récitals de D. Barenboïm à Tokyo, juin 2021

Et les prix sont à la hauteur de l’attente enthousiaste des amateurs de piano :

S (optima) : 22 000 yens ; A (catégorie 1) : 18 000 yens ; B (catégorie 2) : 14 000 yens ; P (derrière la scène) : 10 000 yens.
Le taux du 3 juin 2021 : 100 yens = 0,748 € (22 000 yens équivalent donc à 165 €, prix de la première catégorie d’un opéra !)

Après Tokyo, il donnera les trois dernières Sonates à Osaka (7 juin) puis les n° 9 à 11 à Nagoya (9 juin).

Le 12 avril, il a participé à la conférence de presse en visio depuis son domicile berlinois, au cours de laquelle il a annoncé qu’il jouerait sur son piano Steinway aux cordes parallèles baptisé « Barenboim », pour lequel il a prodigué quelques conseils au moment de sa construction.

Le maestro est arrivé au Japon le 28 mai. Dès son arrivé à l’hôtel (où il a dû passer quelques jours de mise en écart imposée par les autorités sanitaires), une photo du musicien a été publiée par son agence japonaise Tempo Primo sur les réseaux sociaux, partagée aussitôt par les mélomanes.


Le 29 mai, l’agence informe, toujours sur les réseaux sociaux, que son piano est parti de chez lui pour le Japon. Une demi journée plus tard, la photo de l’arrivé de l’instrument a été postée sur Twitter :

Avec toutes ces mises en goût pour susciter encore davantage d’enthousiasme chez les mélomanes nippons, l’agence a bien réussi sa mission (Pourquoi elle ne réussirait pas ?) car les fans ont massivement posté leurs impressions des deux soirées passées sur les réseaux.

Seulement voilà, beaucoup ont signalé qu’aujourd’hui le 3 juin, le maestro a joué le programme B au lieu de l’A, sans aucune annonce !

Que s’est-il passé ?

Selon les informations encore floues sur la cause de cette méprise, Barenboïm s’est rendu compte, seulement à l’entracte, qu’il avait joué l’autre programme au lieu de celui prévu ; d’autres sources indiquent qu’il ne connaissait pas lequel des deux programmes qu’il fallait donner ce soir…
On fait remarquer l’erreur de communication entre l’agence et le musicien. SI ce genre de happening arrive de temps en temps en Europe, cela est absolument rarissime au Japon, pays où la bonne organisation prime sur tout ! Si rare que cet incident est déjà mentionné sur Wikipedia en japonais !

Print Friendly, PDF & Email

Articles liés

Laisser un commentaire

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies. Accepter