Vivace Cantabile

Musique classique - Spectacles vivants - Arts : France & Japon
Musique Opéra

La Belle Hélène dans les visées de la mission « beauté fatale » à Nancy

Chaque production de La Belle Hélène est si attendue par les amoureux de Jacques Offenbach qu’elle représente un défi pour tout metteur en scène. Comment présenter cette opérette archi-connue sans tomber dans la banalité ou la vulgarité, tout en proposant une lecture neuve et amusante ? La parti pris de Bruno Ravella à l’Opéra National de Lorraine (jusqu’au 23 décembre) est de jouer avec la surperficialité, l’hypocrisie d’un pouvoir déconnecté de la réalité et qui cultive sa futilité, en s’appuyant sur des situations identifiables pour le public d’aujourd’hui.

 

La belle Helene, Opera National de Lorraine. Direction musicale : Laurent Campellone, Mise en scène : Bruno Ravella. Nancy, FRANCE – décembre 2018

 

Pour cela, il peut placer l’intrigue dans le milieu du show biz, de la télévision et du cinéma. Et Bruno Ravella concocte un univers qui mêle l’imaginaire des films de James Bond, OSS117, Tintin et les jeux télévisés sous le rire d’Offenbach. La mission « Beauté fatale », hautement politique et confiée à l’agent secret Pâris, est clairement évoquée dès l’Ouverture où il reçoit le document dans un bureau de son chef…

Lire la suite dans Crescendo Magazine

La belle Helene, Opera National de Lorraine. Direction musicale : Laurent Campellone, Mise en scène : Bruno Ravella. Nancy, FRANCE – décembre 2018

photos ©C2images pour Opéra national de Lorraine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *